Généralités

Si vous regardez le schéma d’un amplificateur de guitare, vous noterez qu’il y a une résistance en série avec la grille du premier tube, habituellement autour de 68K, et il y a également une résistance en série avec la grille des tubes de puissance, habituellement 1.5K ou 5.6K, et vous pouvez de temps en temps voir les résistances très grandes de valeur, telles que 470K ou plus grand, en série avec des grilles de tube dans des préamplis high-gain. Quelques amplificateurs n’ont pas de telle résistance de grille, et de temps en temps certaines personnes recommanderont de les enlever pour soi-disant “augmenter le gain” de cet étage. Quel est le but de ces résistances, et devriez vous les enlever ?

Raisons de ces résistances

Ces résistances, qui s’appellent généralement les “grid stoppers”, ne sont pas mises sur la grille de commande du tube pour l’atténuation de niveau de signal ; mais plutôt parce qu’elles agissent en tant que filtre passe-bas pour les très hautes fréquences en combinaison avec la capacité d’entrée de la triode (qui est la somme de la capacité de grille-cathode et la capacité de Miller, et qui peut être égale à 100pF ou plus). En mode normal de fonctionnement d’un tube, la grille est polarisée négativement par rapport à la cathode. Pour cette raison, il n’y a aucun courant dans la grille, et elle apparaît comme un point à haute impédance. Ceci signifie qu’il peut y avoir peu ou pas d’atténuation du signal d’entrée, parce que le diviseur de tension constitué par la résistance de série et l’impédance élevée d’entrée du tube est très petit. En pratique, l’atténuation est tellement négligeable qu’il n’y a aucune “augmentation de gain” en enlevant ces résistances. L’atténuation se produit seulement aux fréquences plus élevées, au-dessus de la fréquence de coupure provoquée par la résistance de série et la capacité d’entrée.

La résistance de grille accomplit les choses suivantes :

· Elle aide à empêcher l’oscillation parasite à haute fréquence dans le tube lui-même

· Elle aide à empêcher les fréquences radio d’entrer dans l’étage d’entrée, où elles peuvent être ramenées en bande de base (détection d’enveloppe AM) et devenir audibles en sortie de l’amplificateur

· Elle peut limiter le courant de grille lorsque la grille est élevée à un potentiel positif, ce qui aide à prévenir la « blocking » distorsion.

Où mettre les résistances

Afin de tirer profit des avantages de suppression de parasites de ces résistances de grille, elles doivent être placées aussi près que possible du support de tube, de préférence soudée directement sur la cosse avec une patte très courte. La résistance devrait être placée après la résistance qui relie la grille à la masse (habituellement 1 mégohm ou aux environs), pour éviter l’atténuation et pour maintenir le chemin du signal aussi court que possible. Si la résistance est reliée en série avec le jack l’entrée et avant la résistance de grille de 1 mégohm, il y a une petite perte du signal d’entrée, bien que, dans la plupart des cas l’atténuation n’est pas suffisamment importante pour être gênante (0.94 fois pour des résistances de grille de 68K et de 1 mégohm), et dans les amplificateurs avec une entrée haut niveau et bas niveau, elles servent également d’atténuateurs. En concevant un amplificateur, il vaut mieux employer des résistances séparées pour l’atténuation d’entrée afin de pouvoir placer ces résistances aussi près des supports que possible, plutôt que de les monter sur les prises jacks d’entrée.

De quelle taille devraient-elles être ?

La valeur de résistance de grille varie typiquement de 1.5K à 470K.

La plupart des étages de puissance emploient des résistances de grille relativement petites, telles que la 1.5K vue sur les grilles des tubes 6L6 dans la plupart des Fender, et la 5.6K vue sur les grilles des tubes EL34 dans la plupart des Marshall. En général, la résistance sur la grille des tubes de puissance peut aller de 56K à 100K sans qu’une perte apparente de hautes fréquences ne se produise. Des valeurs plus élevées peuvent aider dans la réduction de la « blocking » distorsion comme on l’a vu précédemment, et peuvent également enlever une partie du « tranchant » d’une partie puissance un peu trop aigue. Si la valeur de résistance est trop basse, elle peut ne pas être suffisante pour empêcher des oscillations parasites, et l’amplificateur peut devenir instable dans la gamme de fréquence plus élevée. Ceci peut ou non être audible. Les symptômes des oscillations incluent : “les cris aigus” haut perchés, les anodes rougeoyantes malgré un bias “sûr”, des aigus désagréables (harsh), un manque de puissance, des harmoniques indésirables, et une réponse en fréquence peu commune qui fait sonner l’ampli bizarrement. Notez que les tubes de puissance ont des spécifications pour la résistance maximum qui peut être en série avec la grille avant que le tube ne devienne instable dû au courant de grille. La résistance maximale permise est plus grande dans des circuits polarisés par la cathode (cathode bias) qu’elle ne l’est dans des circuits a polarisation fixe (fixed bias) parce que la polarisation de la cathode assure une certaine “auto protection” contre la dérive du point de polarisation. La résistance totale permise est la somme de la résistance de grille et des résistances de polarisation (bias feed resistors). Ainsi si les spécifications maximums sont de 300K, par exemple, et qu’il y a une résistance de polarisation de 220K, la plus grande résistance de grille qui peut être employée sans risques est de 80K. Naturellement, dans la pratique, on ne devrait pas pousser les tubes si près de la limite de leurs caractéristiques, pour assurer leur fiabilité.

La résistance de grille sur les étages de préampli s’étend typiquement de 0 à 68K, bien que des valeurs très grandes, telles que 470K, soient parfois employées dans des préamplis à gain élevé pour sculpter la réponse en fréquence et éviter la “blocking” distorsion lorsque le préampli est utilisé pour obtenir une forte distorsion. La capacité de Miller d’une 12AX7 typique est autour de 151pF, ainsi la fréquence de coupure supérieure d’un étage qui utilise une résistance de grille de 68K est autour de 15.5kHz. La réponse en fréquence chute à autour de 2.2kHz si une résistance de grille de 470k est utilisée. Cette atténuation peut être employée pour apprivoiser le “buzz” des étages de préampli à gain élevé sans devoir ajouter des condensateurs additionnels. La résistance de grille la plus importante est certainement celle qui va à la grille du tout premier étage, juste après le jack d’entrée. Cette résistance est celle qui empêche les oscillations et de capter les stations radio et d’autres bruits provenant de câbles longs ou mal blindés. Ce n’est pas habituellement une bonne idée d’éliminer cette résistance. Dans le meilleur des cas, elle devrait être soudée directement sur la cosse du support de tube, avec des fils très courts.

Copyright © 1999, 2000, Randall Aiken. Ne peut pas être reproduit sous aucune forme sans approbation écrite de Mr Aiken. Merci donc à lui !

12/31/00 révisé

Article Original :

Commentaires fermés sur [Aiken Theory] Résistances de grille – Pourquoi sont-elles employées ?

Les commentaires sont fermés.